Accueil de deux doctorants ghanéens autour de la gestion intégrée des sites


L’ambassade de France au Ghana a lancé en 2020 le projet SANKOFA, qui vise à renforcer les capacités, à tous les niveaux académiques, des professionnels ghanéens du patrimoine et du tourisme. L’objectif est d’accompagner les autorités ghanéennes à la mise en place d’une politique active visant à préserver et valoriser les sites patrimoniaux et développer le tourisme durable à travers le pays.

Ce projet conçu sur deux ans prévoit entre autres :
- La mise en œuvre de partenariats institutionnels et d’échanges académiques entre les universités françaises et ghanéennes dans les domaines du patrimoine et du tourisme
- Le renforcement des partenariats entre des institutions publiques et privées françaises et ghanéennes afin de développer les compétences et la formation professionnelle dans le secteur du tourisme et du patrimoine.

Ghana visite de terrain b7546Parmi les activités mises en œuvre, deux doctorants ghanéens à l’Université d’Accra en études du patrimoine et de l’archéologie, ont été accueillis par le Grand Site de France de Bibracte-Mont Beuvray, et à Paris en lien avec le Pôle international. En parallèle à sa mission d’enseignement à l’Université d’Accra, Victoria Aryee travaille sur la numérisation des collections archéologiques issues des fouilles effectuées au Ghana. Christopher Wetcher, également conseiller Culture à la Commission nationale ghanéenne pour l’UNESCO, travaille sur l’évolution des modes de gestion des bâtiments traditionnels Ashantis, de la période précoloniale à aujourd’hui.

Le séjour d’étude était divisé en trois temps. Les entretiens et visites complémentaires ont été pensés en fonction de leurs sujets de recherche et en cohérence avec les objectifs poursuivis par le projet SANKOFA :

  • - L’immersion d’une semaine à Bibracte a permis d’étudier la gestion des sites patrimoniaux à l’échelle du territoire et le rôle des musées en tant que lieu d’échanges et d’implication des habitants. Les outils et méthodes de gestion des collections archéologiques, ainsi que ceux mis en place pour leur valorisation (outils d’interprétation classiques, développement des outils numériques etc.) ont également fait l’objet d’échanges approfondis.
  • - Un atelier de travail autour de la gestion du patrimoine en Afrique de l’Ouest, à travers une approche de droit comparé, a permis de faire émerger des problématiques partagées avec le Burkina Faso et le Togo, avec lesquels Bibracte mène des coopérations de longue date (protection, gestion et valorisation des sites patrimoniaux, dont les sites classés au Patrimoine Mondial, conservation des biens archéologiques, utilisation des outils numériques et évolution des législations dans le domaine du patrimoine). Cet atelier été organisé en présence du ministère de la Culture et du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, partenaires du Pôle.
  • - Enfin, à Paris, les échanges ont pu se poursuivre, notamment sur l’implication des communautés locales dans la gestion des sites, la conception des musées, la muséographie, avec les conservateurs du musée de l’Homme et du Musée du Quai Branly, ainsi qu’avec le Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Ghana visite Musee de lhomme c74dcCe séjour d’étude a constitué l’amorce de futurs échanges avec les deux doctorants et a permis de nourrir les axes de travail établis dans le projet SANKOFA. Par ailleurs, les discussions enrichies par la rencontre avec d’autres professionnels, dont Lassina Simporé, Secrétaire Général du ministère de la Culture du Burkina Faso, et Vincent Négri, juriste spécialisé en droit du patrimoine, ont permis d’étudier très concrètement un cadre possible de coopération régionale autour du patrimoine.

Ainsi, deux projets, auxquels Bibracte et le Pôle international seront associés, sont programmés pour 2021 :

  • - Organisation d’un atelier régional « conservation et mise en valeur du patrimoine du fer et des sites archéologiques » au pays bassar (Togo) à l’horizon d’avril 2021, dans le cadre d’un projet porté par l’ambassade de France au Togo et financé par le Fonds de solidarité prioritaire du minisère français des Affaires étrangères. 
  • - Organisation d’un atelier « gestion intégrée des sites patrimoniaux », avec une dimension régionale, au Ghana à l’horizon de juin 2021, dans le cadre du programme d’activités du projet Sankofa.

    En savoir plus sur le projet Sankofa

besancon.jpg