Actualités

Inscription de Taputapuātea sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO

Le 9 juillet dernier, le Comité du patrimoine mondial réuni à Cracovie en Pologne, a inscrit le site de Taputapuātea en Polynésie française sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Inscrit au titre des critères (iii), (iv) et (vi) comme paysage culturel, Taputapuātea devient ainsi le 43ème site français inscrit.

Situé sur l’île sacrée de Raiatea, sur la pointe Matahiraiteraì du district d’Opoa, Taputapuātea se trouve au centre du « Triangle polynésien », vaste archipel de l'océan Pacifique. Au cœur de ce site se trouve le marae Taputapuātea, important complexe cérémoniel, funéraire et archéologique situé dans la partie du Te Pö (trad. « Le monde des Esprits »).

Les participants et intervenants à la 6ème édition de la formation internationale "Construire ensemble l'avenir des sites patrimoniaux - Élaborer et mettre en oeuvre une gestion durable", ont eu le plaisir d'être initié à ce site par Martine Rattinassamy et Jean Mere, deux représentants du site de Taputapuātea, que nous avons eu le plaisir d'accueillir parmi les stagiaires. Nous savons leur profond attachement à ce site et leur engagement en faveur de sa préservation.

Wanda Dieblot, présidente du Grand Site de France de Bibracte - Mont Beuvray qui a accompagné le territoire dans sa démarche était présente à Cracovie : "Ce fut un très grand moment, au-delà du site la reconnaissance d’une culture et, en me fondant sur Braudel, je dirais même d’une civilisation. C’est le seul dossier où il n’y a eu que des éloges, pas une seule critique ! Ensuite, ce fut un déferlement de félicitations et il y a eu des larmes".

 img 2011

Le Comité a également inscrit le quartier de la Neustadt à Strasbourg. Le bien initial inscrit en 1988, concernait la Grande-île, centre historique de la ville. L'extension couvre désormais la Neustadt, ville nouvelle réalisée sous administration allemande (1871-1918).

Félicitations à Dominique Cassaz, de la mission Patrimoine de la Ville de Strasbourg, elle aussi ancienne stagiaire 2011.

Au cours de cette session, le Comité a aussi approuvé l'inscription de la Zone des temples de Sambor Prei Kuk, site archéologique de l'ancienne Ishanapura au Cambodge. Il a donné son accord à l'extension du Complexe W-Arly-Pendjari [extension du « Parc national du W du Niger », Niger] au Bénin/Burkina Faso et a approuvé le retrait du Parc national de la Comoé (Côte d’Ivoire) de la Liste du patrimoine en péril.

 

En savoir plus :

- Voir la page UNESCO sur Taputapuātea

- Voir la page UNESCO sur Strasbourg 

- Voir les 21 nouveaux sites inscrits lors de la 41ème session du Comité

 

 

 

Clôture de la formation internationale 2017

Partage, Échange, Conscience, Esprit des Lieux, Émotion, Lumière, Sauvetage, Harmonie durable, Valeurs, Ouverture, Enrichissement mutuel, Énergie, Grande Famille: tels ont été les mots des stagiaires pour décrire la formation internationale le samedi 8 avril lors de la conclusion de la première partie au Centre archéologique européen de Glux-en-Glenne, avant de partir le dimanche 9 avril sur leur site d'immersion. 

La clôture officielle de la 6ème édition de formation internationale a eu lieu à Paris, au Ministère des Affaires étrangères et du développement international le vendredi 14 avril, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Laurent Stéfanini, Ambassadeur de France auprès de l'Unesco. Cette séance de conclusion a été consacrée au bilan de cette formation intensive par les stagiaires et les intervenants, ainsi qu'aux perspectives. Cet événement a ainsi permis aux partenaires du projet de rencontrer les quatorze stagiaires venant de dix pays (Burkina Faso, Comores, France & Polynésie française, Haïti, Mali, Maroc, Mexique, Sénégal, Togo, Tunisie), sélectionnés pour participer du 3 avril au 14 avril 2017 à cette formation organisée par le Réseau des Grands Sites de France. 

                           Clôture officielle de la formation internationale 2017  ©RGSF 2017 

 

Nous tenons à remercier tous les stagiaires, intervenants et partenaires pour leur contribution à la réussite d'une très belle 6ème édition!

 Lire l'interview de Lassina Simporé, Directeur de l'UFR-Sciences Humaines à l'Université de Ouagadougou I Joseph Ki-Zerbo (Burkina Faso), Intervenant de la formation internationale 2017 et ancien stagiaire 2011

 

En savoir plus: 

- Voir le programme de la formation internationale 

- Voir le communiqué de presse de la formation internationale (3 avril 2017)

- Voir le communiqué de presse du bilan la formation internationale (24 avril 2017)

- Voir les photos de la formation internationale

- Le bilan de la 6ème édition sera publié sur le site dès qu'il sera disponible.  

 

La formation internationale 2017 a commencé

Du 3 au 14 avril 2017, 14 gestionnaires de sites patrimoniaux issus de 11 pays vont approfondir leurs connaissances sur la gestion intégrée des sites patrimoniaux sur le Grand Site de France de Bibracte-Mont Beuvray (Bourgogne-Franche-Comté). Destinée à des responsables impliqués dans la gestion de sites naturels et/ou culturels, la formation intitulée "Construire ensemble l'avenir des sites patrimoniaux - Élaborer et mettre en oeuvre une gestion durable" se déroule en 3 temps : formation, immersion et perspectives. Organisée tous les deux ans depuis 2007, ce sont 87 professionnels de la gestion du patrimoine culturel et naturel, issus de 33 pays qui ont bénéficié de cette formation. Ils constituent aujourd'hui un réseau d'échanges actif, présent sur les cinq continents.


formation 2017



formation-2-2017
Accueil des stagiaires de la formation 2017

Une formation-action centrée sur l'échange d'expériences entre professionnels issus de différents continents

Une première semaine de formation intensive sur le Grand Site de France Bibracte-Mont Beuvray sera co-animée par Anne Vourc'h, directrice du Réseau des Grands Sites de France et Marielle Richon, ICOMOS France. Les intervenants approfondiront aux côtés des stagiaires à la formation, ce que signifie concevoir un projet durable et concerté pour la préservation et la valorisation d'un site. Les échanges se feront dans le cadre d'ateliers thématiques sur la gestion intégrée d'un site patrimonial : "Habitants et patrimoine", "Patrimoine et développement durable local", autant de sujets qui seront développés.

Se former sur le terrain et approfondir les échanges avec des homologues français

Afin de répondre aux problématiques des sites d'origine de chacun des participants, ces derniers se rendront ensuite individuellement, pendant 3 jours, sur un site d'accueil partenaire du Pôle international francophone. Ces moments d'échanges sur le terrain constituent une réelle opportunité pour les sites français de s'ouvrir à des expériences étrangères et d'échanger avec des homologues du monde entier.

Une formation qui s'inscrit dans un contexte international de réflexion sur la protection, la gestion et la mise en valeur du patrimoine

La formation donnera l'occasion aux participants ayant un site inscrit sur la Liste du patrimoine mondial – comme le Ksar d’Aït-Ben-Haddou, au Maroc – ou ayant un dossier en cours de proposition d'inscription – tel que le site sacré de Tapu-tapu-ātea, Te Pō, vallée de Ō-po-ä, en Polynésie française – de travailler ensemble sur des problématiques partagées au niveau international. Les objectifs à long terme de la formation sont de pérenniser les échanges initiés à l’occasion de la formation et développer ainsi le réseau de professionnels francophones de la gestion de sites patrimoniaux animé par le Pôle, ainsi que de favoriser les actions de coopération entre sites à l'international.

La conclusion de la formation se tiendra le 14 avril à l'UNESCO à Paris. Elle sera consacrée au bilan des échanges et aux projets envisagés par chacun des stagiaires.

 

Temps d’échange avec le public

Le 7 avril à 20h30 au Centre de recherche à Glux-en-Glenne, chaque participant à la formation racontera l’histoire de son site à travers un objet qui le symbolise. L’occasion pour le public de découvrir, durant ce moment convivial, des sites du monde entier, racontés par ceux qui les animent et les font vivre. Les habitants sont invités à ramener et présenter un objet de leur territoire à cette occasion.

formation 2015-3Atelier "Objet qui raconte mon site" lors de la formation 2015 

Accueil presse/ Point presse : le 7 avril 2017 à 17h30 au Musée de Bibracte, Saint-Léger-sous-Beuvray (Saône-et-Loire)

 

Sites des participants à la formation 2017 :
Les sites de métallurgie ancienne de fer des espaces Bwi et Boose (Burkina Faso) / Palais Mawana (Comores) / Les chinampas de Xochimilco – Centre historique de Mexico et Xochimilco (Mexique) / Grand Site de France Marais poitevin (France) / Thignica (Tunisie) / Le parc national historique Citadelle Sans Souci Ramier (Haïti) / Site gallo-romain de Sanxay (France) / Villes anciennes de Djenné (Mali) / Ksar d’Aït Ben Haddou (Maroc) / Le site sacré de Tapu-tapu-ātea - Te Pō, vallée de Ō-po-ä (Polynésie française) / Mosquée de Bobo-Dioulasso (Burkina Faso) / Delta du Saloum (Sénégal) / Les Hauts fourneaux de Nangbani (Togo)

Sites d'accueil en immersion des participants à la formation 2017 :
Autun / Citadelle de Besançon / Grand Site de France Bibracte- Mont Beuvray / Cité de Carcassonne / Climats du vignoble de Bourgogne / Direction Archéologie de la Ville d’Aix-en Provence (Grand Site de France Sainte-Victoire) / Grand Site de l’Estuaire de la Charente – Arsenal de Rochefort / Fôret de Saoû / Grand Site des Gorges de l’Ardèche et Grand Site de France de l’Aven d’Orgnac / “Grande Île“ de Strasbourg / Marais Audomarois / Musée des Maisons comtoises / Site archéologique de Saint-Blaise (Martigues) / Val de Loire

 

En savoir plus
- Voir le programme de la formation internationale 2017
Voir le communiqué de presse

 

 

L’exposition Un âge du fer africain présentée au musée national du Burkina Faso

C’est le 23 février 2017, la veille de l’ouverture du FESPACO (Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou), que l’exposition Un âge du fer africain a été inaugurée au Musée national de Ouagadougou au Burkina Faso, en présence des partenaires institutionnels dont le ministre de la Culture des arts et du tourisme Tahirou Barry et le directeur du Grand Site de France Bibracte – Mont Beuvray Vincent Guichard. 

Cette exposition temporaire vise à faire connaître l’histoire de l’extraction de fer en Afrique de l’Ouest, en s’appuyant notamment sur les exemples fournis par les sites archéologiques burkinabé. Des objets venus ponctuellement d’un site togolais (Tatré) et d’un site ivoirien (Kaniasso) participent à l’exposition. Parallèlement, il est prévu une série de démonstrations de réduction de minerai du fer au musée national, des conférences sur le thème de la métallurgie dans des établissements scolaires et à l’Institut français de Ouagadougou.

Cette exposition, produite et exposée au Musée de Bibracte en 2016 a été montée dans le cadre d'une coopération décentralisée  qui bénéficie du soutien de la Région Bourgogne-Franche-Comté, du Ministère des Affaires étrangères et du Développement international de France et du Ministère de la culture des arts et du Tourisme du Burkina Faso. Ce projet de coopération est né au sein du Pôle international francophone de formation et d'échanges des gestionnaires de sites patrimoniaux du Réseau des Grands Sites de France.

L’exposition sera ouverte jusqu’au 28 juillet 2017 à Ouagadougou, avant de partir à Bobo-Dioulasso (Burkina Faso), puis dans d’autres capitales d’Afrique de l’Ouest, notamment à Abidjan (Côte d’Ivoire).

Vous pouvez consulter quelques photos de l'inauguration à Ouagadougou ici

Ouagadougou-Guichard

Un moment solennel lors de l'inauguration de l'exposition Un âge du fer africain à Ouagadougou: l'ouverture du fourneau ©Bibracte/Vincent Guichard 2017

 

Bonne Année 2017

Nous vous souhaitons une excellente année 2017 et nous espérons pouvoir continuer à échanger avec vous tous.

cartePIF2017-voeux HD

 

Atelier international et déclaration de Žďár nad Sázavou

LA VERSION MULTILINGUE DE LA DÉCLARATION DE ZDAR EST DÉSORMAIS DISPONIBLE.

Du 12 au 14 septembre 2016, le Réseau des Grands Sites de France a organisé, en partenariat avec le Domaine de Žďár nad Sázavou un atelier international pour gestionnaires et responsables de sites patrimoniaux ainsi que profesionnels du développement local et du tourisme d'Europe centrale et orientale. Cet atelier, organisé sous le patronage de quatre institutions - l'UNESCO, les Commissions nationales française et tchèque pour l'UNESCO et le Ministère de la Culture de la République tchèque a accueilli une trentaine de participants de six pays (France, Lettonie, Moldavie, Pologne, République tchèque et Royaume-Uni) pour un jour et demi d'échanges fructueux et des visites de terrain enrichissantes.

Les trois demi-journées avaient pour thèmes:

  1. Les valeurs et l'esprit des lieux des sites et leur partage -"Shared Values: How to identify the meaning, values and genius loci of my site and how to share them"
  2. La gestion intégrée basée sur les valeurs du site - "From the site's meaning and value to a management plan - the integrated management of a heritage site"
  3. La création d'une destination touristique durable - "Building a sustainable tourism destination"

Les participants on préparé une "Déclaration de Zdar nad Sazavou" avec des recommandations issues des travaux et débats communs. Sa version multilingue (ENG-CZ-FR) est disponible ici. 

Zdar_groupe

Pour en savoir plus, c'est par ici.

 

Formation 2017 - lancement de l'appel à candidatures

C'est avec plaisir que nous annonçons l'ouverture de l'appel à candidatures pour l'édtion 2017 de la formation internationale "Construire ensemble l'avenir des sites patrmoniaux : Elaborer et mettre en oeuvre une gestion durable"  qui se tiendra du 3 au 14 avril 2017.

Pour plus de détails, c'est par ici.

IMG 5135

 

Coopération décentralisée entre la Vallée de l’Hérault et la région de Baalbek (Liban)

Depuis 2011, la Communauté de communes Vallée de l'Hérault (gestionnaire du Grand Site de Saint-Guilhem-le-Désert – Gorges de l'Hérault) s'est engagée dans un projet de coopération décentralisée avec les Fédérations de municipalités de Baalbeck et du Haut Jord Bhamdoun au Liban. Celle-ci se fait en partenariat avec Cités Unies Liban/BTVL, avec l’appui du ministère français des Affaires étrangères et du Développement international et du Conseil départemental de l’Hérault.

Liban L VillaretVisite au Liban de Louis Villaret, Président du Réseau des Grands Sites de France
et du Grand Site de France Saint-Guilhem-le-Désert - Gorges de l'Hérault

Cette coopération vise à accompagner la structuration de ces deux intercommunalités autour d'un projet de valorisation et de protection du patrimoine et à l'appuyer dans l'élaboration d'un Plan stratégique de développement local (PSDL). Différents échanges de terrain ont été organisés au Conseil départemental de l'Hérault et au Liban depuis.

A l'occasion de la présentation du PSDL de la Fédération de municipalités de Baalbeck, un séminaire s'est tenu à Beyrouth le 4 mars en présence du président du Grand Site de France Saint-Guilhem-le-Désert – Gorges de l'Hérault, de ministres et de députés libanais, d’institutions nationales libanaises, de maires et de présidents de fédérations de la région de Baalbeck et du Liban, d’ambassades, de bailleurs de fonds, d’acteurs locaux et d’ONG nationales et internationales.


En savoir plus :
www.saintguilhem-valleeherault.fr

 

Inauguration de l'exposition "Un âge du fer africain" à Bibracte

Inaugurée le 15 avril 2016 en présence notamment de représentants du gouvernement du Burkina Faso et de la préfète de la Région Bourgogne-Franche-Comté, cette exposition met en lumière un pan remarquable du patrimoine de l'Afrique de l'ouest : les sites de métallurgie ancienne.

bibracte expo fer 2016

Vernissage de l'exposition dans le musée de Bibracte, face à un public nombreux

L'exposition s'inscrit dans le partenariat entre Bibracte et le Burkina Faso suite à l'accueil en 2011 de Lassina Simporé, directeur des sites burkinabé inscrits sur la Liste du patrimoine mondial, dans le cadre la formation internationale du RGSF. L'exposition est présentée jusqu'au 13 novembre au musée de Bibracte. Elle partira ensuite pour le Burkina Faso en 2017 et vers d'autres pays d'Afrique de l'Ouest par la suite.

Dans le cadre de l'exposition, le festival artistique et culturel "Wed Bindé" sur l'Afrique de l'ouest se tiendra du 13 au 16 juillet 2016.


En savoir plus : 

 

 

 

Le gouvernement togolais reconnaît officiellement le Réseau des Gestionnaires des Aires Protégées Sites Touristiques (RGAPST)

 

La création de ce réseau en août 2014 est le fruit d'un travail remarquable mené par quatre anciens participants togolais à la formation internationale "Construire ensemble l'avenir des sites patrimoniaux : Élaborer et mettre en œuvre une gestion durable", organisée par le Réseau des Grands Sites de France dans le cadre du Pôle international.

reseau TOGOCréation du Réseau des Gestionnaires des Aires Protégées Sites Touristiques - 18 août 2014 - Lomé

Derrière la devise « Cohésion-Synergie-Patrimoine » du Réseau togolais, l'objectif est d'offrir aux chercheurs, aux professionnels privés ou institutionnels et aux gestionnaires des aires protégées et sites touristiques, un cadre national de concertation, d'échange et de partage sur des thématiques communes afin de préserver, valoriser et promouvoir les aires protégées du Togo.

Ce réseau, financé par la Fondation Franz Weber et appuyé techniquement par le Service de Coopération et d'Action Culturelle de l'Ambassade de France au Togo, a été vivement accueilli et salué par les ministères de l'Environnement, de la Culture et du Tourisme du Togo. Il a été reconnu officiellement par le gouvernement togolais le 30 mars 2016.

Des échanges ont également eu lieu avec le Mali et le Niger pour évoquer la création d'une structure similaire dans leur pays. 

En savoir plus :
Statuts de l'association "Réseau des Gestionnaires des Aires Protégées et Sites Touristiques"

 

Page 1 sur 3

<< Début < Précédent 1 2 3 Suivant > Fin >>
Création réalisation Agence Panama
Administration